Séminaire du projet

Séminaire ‘Changement Climatique et Biosphère: Expertise, Futurs et Politique’

Organisé par Amy Dahan, Hélène Guillemot et Stefan Aykut

Centre A. Koyré, 27, Rue Damesme Paris 13è, 5è étage gauche


— 2017 —

7 février 2017

Images et imaginaires de l’environnement global. Quelles pistes de réflexion dans le domaine du changement climatique ?

  • Sebastian Grevsmühl (CRH, CNRS)

En SHS, l’analyse des cultures visuelles du domaine environnemental a connu dans le passé différents terrains d’interrogation, notamment en anthropologie, en géographie culturelle, en histoire de l’art ainsi qu’en histoire des sciences. Mon intervention va mobiliser différents exemples tirés de ces domaines pour montrer en quoi l’analyse visuelle peut contribuer aux débats sur la création, la circulation, l’interprétation et l’adaptation de savoirs environnementaux globaux. Une attention particulière sera prêtée à la fonction politique des images et elle sera explorée pour élaborer de nouvelles pistes de réflexion notamment dans le domaine du changement climatique.

  • Discutant : à confirmer

 

7 mars 2017

Une histoire des « sciences du système Terre » : un retour contemporain aux théories de la Terre

  • Sébastien Dutreuil (Institut Max Planck, Hambourg)

Les « sciences du système Terre » (ESS) sous-tendent notre représentation scientifique et collective de la Terre. Je commencerai par montrer que l’émergence des termes « système Terre » et « sciences du système Terre » s’ancrent dans une reconfiguration importante des sciences de la Terre à partir de la seconde moitié du vingtième siècle et remontent à une effervescence institutionnelle importante dans les agences de financement de la recherche étatsunienne et internationale à partir des années 1980. J’analyserai ensuite la rupture annoncée dans les discours des acteurs d’ESS dans les années 1980 et situerai cette rupture relativement à l’étude des différents « systèmes globaux » décomposant la Terre suivant différentes perspectives entre les années 1950 et 1980 : le système climatique, la biosphère ou le système biogéochimique et le système géochimique.

Puis je proposerai une analyse du développement historique d’ESS à partir des années 1980. La version la plus visible s’est développée au sein de l’IGBP (International Geosphere-Biosphere Programme), mais d’autres versions différentes d’ESS se sont développées en dehors de ce cadre. À travers une analyse de la structure et des ambitions affichées de l’IGBP, du style de recherche qui a effectivement été promu et développé par cette institution, je montre que le développement récent des sciences du système Terre peut être compris comme une forme de retour contemporain aux théories de la Terre du 18e siècle : l’élaboration d’un modèle général permettant de prédire le futur de la Terre, structuré autour d’une métaphysique de la Terre élaborée par quelques théoriciens ayant un rôle privilégié, et enchâssé dans une matrice moralement, philosophiquement et politiquement dense.

  • Discutante : Hélène Guillemot (Centre A. Koyré)

 

18 avril 2017

La mise en économie du changement climatique

  • Sara Aguiton (Centre A. Koyré)

Assurer le changement climatique ? Enquête sur une innovation financière pour les catastrophes naturelles

Cette communication propose de s’intéresser au secteur de l’assurance, une industrie située en première ligne dans la gestion des dégâts induits par le changement climatique. L’industrie de l’assurance joue en effet un rôle fondamental dans le cadrage des risques, dans la constitution de nouveaux marchés et dans la redéfinition des systèmes de protection sociale. Pour saisir ces mutations, je propose de suivre la trajectoire d’un instrument assurantiel qui a été inventé dans les années 1990 pour couvrir les catastrophes naturelles, nommé « obligation-catastrophe », par lequel les assureurs transfèrent leur risque aux marchés financiers. Je m’intéresserai particulièrement au rôle de la modélisation des catastrophes dans l’essor de ce produit, recoupant un ensemble d’outils complexes qui permettent de transformer des catastrophes naturelles incertaines en risques calculables pour les assureurs et profitables pour les investisseurs.

  • Antonin Pottier (CERNA Ecole des Mines)

Tours et détours de la mise en économie: le changement climatique et les gaz industriels

Les gaz industriels ont une contribution mineure au réchauffement climatique, comparée à celle du CO2. L’étude de l’incorporation de ces gaz au régime climatique est pourtant riche d’enseignements. Elle révèle la chaîne des opérations intellectuelles qui ont été nécessaires pour mettre en économie le changement climatique: catégorisation, comptabilisation, mise en équivalence furent des préalables à l’intégration de ces gaz dans les négociations internationales et dans les marchés carbone.
Les contestations persistantes des métriques d’équivalence, le fonctionnement des marchés carbone et le rôle de ces gaz dans les négociations sont autant de rappels des limites de cette fragile mise en économie.
L’étude met également en valeur l’intrication de différents accords internationaux et en particulier le rôle du protocole de Montréal dans le régime climatique.

 

16 mai 2017

A l’occasion de la sortie de l’ouvrage « Globalizing the Climate ; COP 21 and the Climatisation of Global Debates » (Routledge, S. Aykut, J. Foyer et E. Morena eds.), aboutissement du projet ClimaCop, deux auteurs présenteront leur contribution à cette enquête d’ethnographie collaborative sur la COP de Paris.

  • Birgit Müller (LAIOS, CNRS-EHESS)

La voix du business à la COP21. Le dilemme des entreprises en tant qu’acteurs politiques mondiaux

À la COP21, la «voix des entreprises» et leurs appels au «changement» étaient clairement audibles, même si elles s’en tenaient aux stratégies habituelles des milieux d’affaires face à l’impératif climatique: (i) dissimulation de l’inaction derrière une rhétorique verte de conformité (ii) confiance dans les capacités d’auto-guérison par le marché, et / ou (iii) appels à la mise en place de cadres réglementaires « intelligents », assortis d’incitations et de signaux stratégiques. Un aspect remarquable a été la capacité des entreprises à penser internationalement, là où les États défendaient leurs intérêts nationaux et semblaient prêts à privilégier un climat commercial favorable au détriment du climat à seule fin d’attirer les investissements. En dépit de leurs divergences, la voix des entreprises qui a émergé de la COP21 a montré une prise de conscience réelle du pouvoir perturbateur du changement climatique, comme handicap pour l’investissement et facteur d’incertitudes compromettant la planification stratégique.

  • David Dumoulin (IHEAL-CREDA, Université Sorbonne Nouvelle)

Réenchanter la gouvernance climatique: « savoirs traditionnels », droits des peuples autochtones et cosmologies non-occidentales dans la lutte contre le changement climatique 

 De la prévision météorologique locale par des pastoralistes aux stratégies d’adaptation par des peuples nomades en passant par des stratégies de gestion des ressources en eau par des paysans dans des zones arides, la mobilisation de « savoirs traditionnels » est de plus en plus reconnue comme un enjeu central dans l’adaptation aux changements climatiques. L’intervention suit la lutte, portée par les représentants des peuples autochtones, pour la reconnaissance de cet ensemble de savoirs hétérogènes et non formalisés par les institutions internationales, en premier lieu la CCNUCC. A partir de l’exemple de la COP21, l’auteur analyse les enjeux sous-jacents à ce combat: reconnaissance des droits des peuples autochtones, mais aussi échange symbolique, dans lequel les savoirs traditionnels et les acteurs qui les portent dans les conférences internationales « réenchantent » l’arène climatique, formant un contre-poids au discours formalisé et rationnel de la science occidentale.

— 2016 —

 

Séance du Mardi 19 Janvier 2016, 14h à 17h

La COP 21 et après ?: Analyses, résultats, perspectives

Les chercheurs du projet ClimaCop confronteront leurs analyses et leurs questions de recherches sur diverses thématiques . L’organisation de la séance sera la suivante :

—Bilan de l’Accord
S. Aykut ( Réflexions sur la gouvernance climat « en train de se faire »)
A. Dahan (Où en est le schisme de réalité ?)
— Questions Nord/Sud
Amy Dahan (Géopolitique du Climat et G77), Sarah Benabou (INDC Inde et Chine), Aurore Viard Cretat (REDD)
— Enjeux de Finance
Jean-Charles Hourcade ; Edouard Morena (Philanthropie du Climat); C.Buffet
— Sciences/Politiques
Hélène Guillemot (autour de l’objectif de 1,5°C );
— Climatisation du monde
Jean Foyer: fonction totémique des négociations climat

 

——

Séance du Mardi 2 Février 2016, 14h à 18h

Système-Terre et Anthropocène: Questions d’Histoire et de Sciences

Nous entendrons deux exposés de témoins majeurs :

Jacques Grinevald (IHEID de Genève): De l’Année Géophysique internationale au Global Change, socio-épistémologie et
histoire des sciences du système climatique et du Système Terre

Michel Meybeck (CNRS-UPMC): La construction de la science du Système-Terre (19970-2010): exemple de la prise en compte des transferts fluviaux dans les cycles biogéochimiques globaux

Séance du Mardi 15 Mars 2016, 14h

Mathilde Szuba (Sciences Po Lille): Faire des limites écologiques une affaire personnelle.
La carte carbone (Royaume Uni, 2004-2008), un projet de quotas individuels contraignants pour gouverner dans un monde fini.

Dans les années 1990, deux chercheurs britanniques imaginent une politique de quotas individuels de carbone afin d’encadrer et de partager équitablement les efforts de réduction des émissions de GES. David Fleming est économiste, et Mayer Hillman est un chercheur spécialisé dans l’aménagement (Fleming, 1997, 2005 ; Hillman, 1998). Tous deux ont vécu le rationnement pendant la seconde guerre mondiale. David Fleming est membre du Green Party, tout en ayant une approche très libérale de l’économie. Mayer Hillman est fortement influencé par Aubrey Meyer et son principe de « contraction and convergence ». Les systèmes de quotas de carbone qu’ils proposent vont se ressentir de toutes ces influences.
Leurs propositions seront d’abord reprises et développées par des chercheurs, puis appropriées au début des années 2000 par des parlementaires et ministres du New Labour. Un temps mise à l’agenda politique, la carte carbone sera abandonnée en 2008 lors de la crise financière, mettant fin temporairement à une expérience politique inédite d’incarnation individuelle des limites écologiques.

—-

Séance du mardi 12 avril 2016, 14h : la « climatisation » de la géopolitique

– Lucile Maertens (docteur associée au CERI/sciences Po, Visiting felow à King’s College)

    Le changement climatique comme menace : débats au Conseil de sécurité de l’ONU

« Les faits sont évidents : le changement climatique est réel et s’accélère de manière dangereuse » […] le changement climatique « non seulement exacerbe des menaces à la sécurité et à la paix internationales ; mais est une menace à la sécurité et à la paix internationales ». En ces termes, le Secrétaire général Ban Ki-moon a exprimé en 2011 un constat élaboré à diverses reprises dans les rapports de l’organisation. L’ONU multiplie les discours portant sur les menaces climatiques, également discutées dans le cadre du Conseil de sécurité. Si la mise à l’agenda du changement climatique au Conseil ne suscite pas le consensus auprès des Etats membres, profondément divisés sur la question, elle maintient l’attention des grandes puissances sur ses implications sécuritaires.
–  Damien Vallot (chercheur associé au LAM (Les Afriques dans le Monde) de Sciences Po Bordeaux)

    Le récit corallien : usage politique des discours de la submersion des petits Etats atolliens

A l’aide d’une présentation historique des publications du GIEC, des discours des représentants de ces deux Etats à la tribune des Nations Unies et des publications de certaines OiNG, je décrierai la formulation et l’usage de récits de politique publique faisant état de la potentielle future submersion des petits Etats insulaires. J’essaierai de souligner les luttes de cadrages autours de ces récits en prenant notamment l’exemple des représentants de Tuvalu et de Kiribati qui jouent un double jeu. En effet, ceux-ci vont chercher à attirer l’attention des bailleurs de fonds de l’aide internationale en utilisant le récit de la disparition de leurs îles mais vont également chercher à critiquer ces discours qui les condamnent à devenir des « réfugiés climatiques ».

—–

Séance du Mardi 3 Mai, 2016,  14h- 18h
Gouverneur par les objectifs: Sciences et politiques d’un nouveau mode de gouvernance globale.

Oliver Geden (SWP, Berlin): The trouble with targetism: COP21 and the inconsistencies between talk, decisions, and actions

COP21 has managed to deliver voluntary mitigation pledges that are likely to result in a temperature increase of 3-3.5 °C while at the same time adopting three ambitious mitigation targets: well below 2 °C, 1.5 °C, and net zero emissions. This is only one of many examples for the inherent inconsistency of climate policymaking. But how can inconsistencies between talk, decisions, and actions be explained – and how should climate researchers and scientific policy advisers deal with it?

Svenja Rauch (Global Studies Institute, Genève): Negotiating the Millennium Declaration (2000) and the 2030 Agenda for Sustainable Development (2015): What makes global goal setting work?

On 25 September 2015 Heads of State and Government adopted the 2030 Agenda for Sustainable Development with a set of 17 Sustainable Development Goals (SDGs) at its core. The successor framework to the Millennium Development Goals (MDGs) was elaborated through a participatory process involving UN actors, scientific experts, civil society organizations and the private sector. Whereas the multi-stakeholder approach allowed for an unprecedented stocktaking exercise on sustainable development challenges, the final set of goals is political in nature. Thus, the talk attempts to explore the dynamics between expert knowledge and geopolitics in global goal setting processes. Furthermore, some lessons will be drawn on global goal setting as a specific form of international negotiations.

—-

(séance commune avec le séminaire Logique du Progrès et gestion de ses dégâts)

Mardi 7 Juin, 2016,  14h- 18h  Savoirs et politiques des forêts et du carbone

Bernard Kalaora (Prof honoraire U. de Picardie):
présentera l’ouvrage La Forêt salvatrice. Reboisement, société et catastrophe au prisme de l’Histoire.

Au xixe siècle, les Eaux et Forêts et les Ponts et Chaussées rivalisent d’arguments pour faire valoir le rôle bénéfique des forêts sur l’environnement et le climat. Jouant sur la fibre émotionnelle de l’opinion, ils n’hésitent pas à prédire les pires catastrophes, associant le déboisement à la décadence et à l’effondrement de la société. Leur récit pourrait sembler faire écho au discours environnemental contemporain, alors qu’il est en réalité un plaidoyer pour la modernité et l’abolition de toutes les pratiques traditionnelles. L’exposé offrira un décryptage de cette controverse.

Stéphanie Barral (LISIS, INRA/Université Paris-Est MLV)
Le capitalisme de plantation en Indonésie. Etat, firmes et condition ouvrière de la période coloniale à l’ère des standards.

Discutant : Sara Aguiton Angeli (Centre Alexandre Koyré, EHESS)

Séance du Mardi 18 octobre, 14h

(attention : exceptionnellement, cette séance aura lieu dans la salle de réunion du 4ème étage)

– J. Timmons Roberts, Brown University

«  Climate change, justice and finance after Paris. »

– Discutant : Christophe Buffet, Centre A. Koyré.

 

Séance du mardi 10 novembre 2016

Quantifier et modéliser la question environnementale urbaine? L’exemple francilien
Jean-Pierre Lévy (LATTS) : De la transition écologique à la transition énergétique dans le contexte de la ville durable. Evolution des méthodes et des savoir-faire

– Régis Briday (LATTS) : La traduction des objectifs nationaux de la transition énergétique en Ile-de-France

 

Séance du Mardi 13 décembre 2016, 14h :

Le changement climatique : quels nouveaux défis pour le droit ?

Marta Torre-Schaub (CNRS, Paris 1) : Emergence et perspectives de la justice climatique : aspects pratiques du contentieux

– Laurent d’Ambrosio (Collège de France) : La responsabilité climatique des entreprises transnationales (ETN) : quelles perspectives ?

 

 

 

— 2015 —

Séance du mardi 13 Janvier 2015, 14h – 18h

Retour de Lima: Quel bilan, quelles perspectives pour la COP 21

Interventions de Ana Rosemberg (Confédération Internationale des Syndicats), Maxime Combes (Attac, Réseau Climate Justice), Amy Dahan (CNRS, C.Koyré)

—————–

Séance du mardi 10 Février 2015, 14h – 18h

Antonin Pottier  (Cired) : « Comment la théorie économique a cadré les négociations internationales sur l’effet de serre »

Résumé: « La théorie économique des externalités et de leurs corrections a servi de charpente intellectuelle aux négociations internationales sur l’effet de serre. Je rappellerai quel contexte historique et géopolitique a conduit la théorie économique à jouer ce rôle. J’expliquerai les difficultés du régime de Kyoto et montrerai en quoi les angles morts de la théorie économique  peuvent les expliquer.

Discutant: Stefan Aykut

Arthur Laurent (SciencesPo) :  » L’enjeu du développement durable dans les projets de mitigation: une lecture parallèle entre marché du carbone régulé et volontaire par Gold Standard de 1998 à 2014  »

Cet article étudie l’influence portée par un standard privé, le Gold Standard, sur l’évolution du Mécanisme de Développement Propre, entre exercice de souveraineté dans le cadre des négociations internationales et intégration d’objectifs de développement durable.

Discutant: David Dumoulin (à confirmer)

———————

Séance du mardi 10 Mars 2015, 14h – 18h

Elisabeth Eide (Professor Akershus University College): Climate Change: A global challenge for journalism’

Discutant: Jean-Baptiste Comby

Nicolas Baya-Laffitte (Sciences Po): Cartographier la trajectoire de l’adaptation dans l’espace des négociations sur le climat: changer d’échelles, réduire la complexité.

————————-

Séance du Mardi 31 Mars 2015,14h – 18h (exceptionnellement à l’ISCC, 20, rue Berbier-du-Mets, 75013 Paris) : Acclimatisation of humanitarian and development actors, and perspectives for adaptation issues in COP 21

Maarten Van Aalst (Climate Center de la Fédération Internationale de la Croix-Rouge/Croissant Rouge) : Bridging science, policy and practice in addressing the humanitarian consequences of climate change — from community resilience to COP21

Christophe Buffet (Centre A. Koyré) : The « acclimatisation trajectory » of humanitarian and development actors since 2000s ; Loss and damage : rationale and bottlenecks in COP

————————-

Séance du Mardi 12 Mai 2015, 14h – 18h : Régimes « biodiversité » et « climat », comparaisons et intersections

Edwin Zacai (ULB) : Portée politique du changement climatique et de l’érosion de biodiversité : une grille de comparaison

Guillaume Futhazar (OT-MED / CERIC / IMBE): Similitudes et différences institutionnelles et procédurales entre le GIEC et l’IPBES

Mohamed Oubenal (ISCC), Fanny Duperray (CIRAD) : Introduire des innovations institutionnelles et gérer des controverses : le cas de l’évaluation de la pollinisation par IPBES

————————-

Séance du Mardi 19 Mai 2015, 14h-18h : Géopolitique et Transition énergétique

Philippe Copinschi (SciencesPo, Bruxelles): Le pétrole, un bien stratégique – pour combien de temps encore ?

Résumé: le pétrole est assurément un bien stratégique et assurer la sécurité des approvisionnements reste un impératif pour tout gouvernement. Pour autant, le secteur pétrolier s’est, au cours des dernières décennies, considérablement libéralisé, au point d’être aujourd’hui essentiellement régi par les règles du marché sous l’emprise d’acteurs économiques privés globaux. Cette évolution, particulièrement frappante en Afrique, n’est pas sans conséquence sur l’impact que produit l’exploitation du pétrole sur les structures économiques, sociales et politiques des pays producteurs. On étudiera comment la valeur stratégique du pétrole pourrait évoluer dans les prochaines années.

François Bafoil (SciencesPo, Paris): Mobilisations locales, innovations institutionnelles et acceptabilité sociale.
Une comparaison européenne des politiques énergétiques de l’éolien (France, Grande Bretagne, Allemagne, Pays-Bas, Pologne).

————————-

Séance du Mardi 2 Juin 2015, 14h – 18h :  COP 21: entre impératifs géopolitiques et économiques

Jean-Paul Maréchal (Université de Rennes) : Le G2, la stratégie climatique chinoise et la Conférence de Paris

L’objet de cette intervention sera de rappeler brièvement les stratégies adoptées par Pékin et Washington depuis 1992 dans le cadre des négociations climatiques internationales avant d’analyser en détail les différentes dimensions de la « déclaration conjointe » faite par Barack Obama et Xi Jinping le 12 novembre 2014 à Pékin en marge du sommet de l’APEC (Asia-Pacific Economic Cooperation).

Cedric Philibert (AIE) :  Un traité ambitieux plutôt que contraignant – la dynamique des renouvelables et la stabilisation du climat

————————-

Séance du Mardi 29 Septembre 2015, 14h – 17h : Modèles de climat et cultures de laboratoire

V.Balagi (GFDL, Princeton University):
Why do climate models differ ?

Cette séance est consacrée consacrée aux modèles climatiques et cultures de laboratoires, à leur diversité et aux enjeux politiques qui s’ensuivent.

Abstract: In this talk, I will cover sources of diversity in climate models. We will look at the process of model development at different institutions (notably IPSL and GFDL) and show how many factors: including history and culture, scientific priorities, community of users, developers and « customers », and computational constraints, play a role in defining a climate model. We will explore how this may evolve in the future.

————————-

Séance du Mardi 20 Octobre 2015, 14h – 17h : Modèles techno-économiques et Décision

Nadia Maizi (Mines Paris-Tech, SophiaAntipolis) :
Du bon usage des modèles techno-économiques de long terme ou comment réconcilier prospective et politique

Abstract: A travers quelques expériences tirées des travaux réalisés par le Centre de Mathématiques Appliquées, notamment dans des cadres nationaux, on évaluera la difficulté pour le modélisateur d’élaborer un message audible pour le politique et le décideur. On reviendra sur l’évolution de l’élaboration des « scénarios » énergétiques et la tentation de leur adaptation aux desiderata du politique ».

Franck Lecocq et Christophe Cassen (CIRED, EHESS-CNRS):
A l’interface entre modèles, scénarios et décision:
réflexions à partir de retours d’expériences et de travaux du CIRED

 ————————-

Mardi 24 Novembre 2015, 14h à 18h : Le business dans le “nouveau paradigme” des négociations climatiques.

Trois évènements – 1) l’adoption d’une approche “par le bas” des négociations climatiques internationales, 2) l’attention accrue accordée aux activités des acteurs non-étatiques (alliances des villes, transition towns, engagements volontaires de secteurs économiques, etc.), et 3) la nécessité de mobiliser des moyens financiers colossaux pour soutenir la décarbonisation et l’adaptation au changement climatique – ont conduit à une visibilité sans précédent des acteurs du business dans la gouvernance climatique. Cette séance visera à interroger les ressorts et déterminants de cette évolution, les paradoxes et perversités auxquels elle donne lieu, et de comprendre la motivation (ou non) des grands groupes industriels à participer aux débats climatiques.

1ère partie:
Jean-Charles Hourcade (CIRED):
La transition bas carbone : dompter les « esprits animaux  » de la finance.

2è partie:
Nils Moussu (U. de Lausanne): Façonner le nouveau climat des affaires : les associations de firmes transnationales face au changement climatique.
Birgit Muller (CNRS-EHESS) : Le business de la Climate smart Agriculture Conference

—–

 

Climatiser le monde, globaliser le climat