Description du projet (fr)

L’année 2015 sera une année déterminante au niveau international pour la gouvernance globale de l’environnement et du développement. Non seulement se négocient à New-York les nouveaux Objectifs du Développement Durable et le renouvellement des Objectifs du Millénaire pour le Développement, mais surtout, la 21ème Conférence des Parties (COP) à la Convention Climat se présente comme l’opportunité de relancer le multilatéralisme environnemental enlisé depuis l’échec traumatique des négociations de Copenhague en 2009.

Dans la perspective de ces échéances et en particulier de la COP21 en décembre 2015 à Paris, nous nous proposons de relancer un dispositif original de recherche collaborative déjà éprouvé lors du Sommet de la Terre Rio+20 en 2012 pour analyser les événements internationaux. Ce projet proposera une cartographie des différents espaces sociaux de la COP (les négociations internationales, les entreprises, la société civile, les médias), avec leurs acteurs propres et les principaux discours en tension. Sur cette base, il s’agit notamment de dégager l’évolution des grands cadrages de la question climatique et d’explorer l’idée selon laquelle la thématique climatique présente un certain pouvoir agrégatif pour toute une série de thématiques connexes. Au-delà des négociations internationales à proprement parler, la COP21 va en effet s’imposer comme un point de passage obligé pour toute une série d’acteurs aux agendas très divers qui vont être amenés à « climatiser » leurs discours et les enjeux qu’ils veulent porter, que ce soit sur l’agriculture, le commerce, la biodiversité et bien d’autres thématiques. A cette entrée par les espaces sociaux, s’ajoutera une étude des mécanismes par lesquels notre vision du monde – et notamment de l’environnement, du développement, du global et du futur – influence mais aussi reconfigure la question climatique.

Ce sont ces différents modes de globalisation du climat et de climatisation du monde et les tensions générées par ces dynamiques, que l’on souhaite mettre en évidence.

En plus de ces objectifs théoriques, il s’agit de consolider et améliorer les techniques d’enquête collaborative des événements internationaux. En ce sens, ce projet porté par une équipe déjà solidement structurée, servira de point focal pour des équipes de recherche internationales désireuses de partager leurs analyses et approches sur le fond – régime climatique international, négociations onusiennes sur le climat – et la forme – techniques d’enquête collaborative.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Climatiser le monde, globaliser le climat