Atelier méthodologique et conférence, juillet 2015 (fr)

Les méga-événements transnationaux dans la gouvernance globale de l’environnement

Avec le soutien du GIS Climat Environnement et Société et l’IFRIS

Lieu : ISCC, 20 rue Berbier du Mets

Date 5 et 6 juillet 2015

> voir le programme (pdf)

> voir les présentations

En décembre 2015 aura lieu à Paris la COP21 sur le réchauffement climatique. Cet événement qui réunira des dizaines de milliers de personnes est présenté comme l’opportunité de raviver la gouvernance globale de l’environnement. Les négociations climatiques ont déjà fait l’objet d’études sur le long terme (Aykut et Dahan, 2015) mais, au-delà même du processus de négociations, nous voulons réfléchir durant ces deux journées à la manière dont on peut étudier au mieux les « mégas-évènements transnationaux » (Little, 1995) et quel est leur sens par rapport à la gouvernance globale de l’environnement.

Du fait de leur taille et de leurs contours particulièrement flous, ces méga-événements transnationaux (Sommets de la terre, COP Climat et Biodiversité, Forums Sociaux Mondiaux, Expositions Universelles….) constituent en effet des objets particulièrement difficiles à appréhender par un chercheur à un niveau individuel (Pommerole et Siméant, 2008 ; Brossius et Campbell, 2010, Foyer, 2015 ; Baptandier et Houdart, 2015). Devant la diversité des acteurs, évènements et lieux de discussions, devant la densité de l’objet et ses débordements temporels et spatiaux, devant la multiplicité et la technicité des questions traitées, la constitution d’un collectif de recherche semble être un impératif pour tenter de mieux comprendre la gouvernance globale en cours de construction.

Nous proposons ici deux journées de réflexions sur la méthodologie, les résultats d’expériences passées et les perspectives de recherche collective sur ce genre d’événements.

La première journée prendra la forme d’un atelier méthodologique où seront discutées les différentes manières de se saisir collectivement des méga-événements transnationaux. Sur la base des différentes expériences de terrain, les discussions s’organiseront autour de questions concrètes : Comment constituer un collectif de recherche et le faire fonctionner ? Doit-on bâtir en amont une question de recherche commune ? Comment suivre la préparation de tels événements ? Quelles sont les contraintes logistiques rencontrées ? Comment se répartir le travail ? Quels sont les outils techniques mobilisés ? Comment échanger les données ? Comment collaborer dans la phase de valorisation ?

L’objectif de cet atelier est d’échanger des outils utilisables par des chercheurs en sciences sociales confrontés aux méga-événements transnationaux.

La seconde journée, ouverte au public, présentera les résultats les plus saillants des différents collectifs réunis lors de la première journée. Les présentations proposeront notamment des réflexions sur la contribution des méga-événements à la gouvernance globale de l’environnement (Campbell et al. 2015) et, plus généralement, à la gouvernance globale. Que nous disent les méga-événements transnationaux de la gouvernance globale de l’environnement? Leurs résultats, souvent présentés comme décevants, sont-ils le meilleur exemple de l’échec d’une gouvernance environnementale globale ? Quel est l’impact réel de ces événements sur les politiques environnementales nationales et locales ? Peut-on penser que la gouvernance globale de l’environnement est le laboratoire d’une gouvernance globale ? La matinée sera consacrée à la présentation de recherches sur d’autres événements que les Cop Climat. L’après-midi sera plus spécifiquement consacrée à la question de la gouvernance climatique et des enjeux saillants de la Cop21.

Avec la participation de Noella Gray, Karin Bäckstrand, Bjorn Ola Linner, Silke Beck, Christopher Rootes, Clare Saunders, Elisabeth Eide, Risto Kunelius, et les membres du collectif ClimaCOP

 

Résumé de l’atelier:

Sous forme d’atelier méthodologique, la première journée fut consacrée à une discussion des différentes manières de se saisir collectivement des méga-événements transnationaux. Dans un premier temps, les participants – chercheurs français et étrangers ayant collectivement étudié un ou plusieurs méga-événements transnationaux – furent invités à brièvement présenter leurs expériences de recherche. Il en ressort une grande diversité de projets : tant au niveau des échelles (internationale, nationale), des méga-évènements étudiés (conférences climatiques, forums sociaux…) et des objets d’étude (mobilisations citoyennes, médias, gouvernance climatique, biodiversité, enjeux transversaux comme l’adaptation).

 

S’en est suivit un long et riche échange sur les enjeux méthodologiques propres à chacun des projets présentés et des éventuelles ressemblances entre projets. Les discussions portèrent notamment sur le montage et le suivi de projets d’ethnographies collectives et les difficultés particulières qui leurs sont liées : impact des contextes nationaux de recherche sur le financement et la préparation, constitution et gestion du collectif de recherche, rédaction du projet et d’articles/livres.

 

La discussion porta ensuite sur la spécificité des méga-évènements transnationaux et les défis méthodologiques qui leurs sont propres. On aborda la question de l’embededness (insertion) des méga-évènements dans leur contexte national ainsi que leur ‘translocalité’ (notamment lorsqu’il s’agit de conférences annuelles telle celle de la CCNUCC). S’agissant des défis particuliers posés par les méga-évènements en terme de recherche, les participants échangèrent notamment sur les obstacles liés à l’accès au terrain (obtention des accréditations, accès aux différents espaces) et plus généralement de la place accordée aux chercheurs (le fait, par exemple, qu’il n’y ait pas de droit d’accès particulier pour les chercheurs qui enquêtent sur les conférences de la CCNUCC mais qu’ils aient à se rattacher à l’un des ‘Major Groups’).

 

Pour clore la journée, les participants échangèrent sur les perspectives de collaboration – notamment en vue de la COP21 à Paris. Plusieurs formes de collaboration furent envisagées. Il y fut notamment question d’un éventuel partage de données – à l’intérieur et entre collectifs de recherche – et aux questions qu’il soulève : quels types de données ? Quel degré de confidentialité ? Les participants s’accordèrent tous sur les bienfaits des échanges informels – notamment dans le cadre de debriefings communs pendant la COP21. Il fut également décidé de mettre en place une liste de diffusion pour continuer le dialogue et la réflexion collective, et identifier d’éventuelles thématiques tranversales.

 

 

La deuxième journée a consisté dans une série de différentes présentations plus formelles et publiques donnant à connaître, au-delà des questions strictement méthodologiques, les principaux résultats des différents projets d’études de méga-événements transnationaux.

 

La première table est revenue sur les questions méthodologiques discutées la veille, en insistant sur leur intérêt pour comprendre la gouvernance globale de l’environnement. Noella Gray (University of Guelph) a présenté la méthodologie commune à quatre différents projets de chercheurs nord-américains pour étudier des méga-événements transnationaux liés à la gouvernance globale de la biodiversité (1 congrès mondial des parcs de l’IUCN en 2008 et 2014, une Cop Biodiversité et Rio+20). Qualifiée de « collaborative event ethnography », cette méthodologie basée essentiellement sur des enquêtes qualitatives et de l’observation participante est probablement l’une des plus élaborée et réflexive sur les méga-événements transnationaux et a donné lieu à plusieurs publications de référence. Jean Foyer (CNRS) a ensuite présenté les principaux résultats d’une étude collaborative mené à Rio+20 en 2012, en analysant cet événement comme une « mise à l’épreuve » du projet de modernisation écologique. Au-delà des volontés de réconcilier croissance économique, développement et protection de l’environnement, cet événement a fait ressurgir les tensions géo-politiques, les contradictions entre développement capitaliste et écologie et les difficultés d’inclusion de la société civile.

 

La seconde table cherchait à interroger l’émergence d’une société civile globale dans les méga-événements transnationaux. Johanna Siméant (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) a présenté deux projets collectifs menés lors des Forum Sociaux Mondiaux de Nairobi en 2007 et de Dakar en 2011. Au-delà des dimensions méthodologiques particulièrement, ces projets ont permis de montrer l’importance du lien d’ancrage de l’événement observé, en l’occurrence des pays du continent africain, et la place particulière d’un activisme africain dans la construction du mouvement alter-mondialiste. Clare Saunders (University of Exeter) a présenté la méthodologie utilise par une équipe de chercheurs coordonné par Christopher Rootes (University of Kent) pour mener une enquête lors de manifestation principale qui a eu lieu lors de la COP15. SI ce genre d’enquête à base de questionnaire pose toute une série de problématique quand à la représentativité de l’échantillon, elle permet de dégager quelques conclusions intéressantes, notamment sur l’existence relative d’un mouvement de justice climatique, beaucoup plus visible au sein d’organisations et chez des intellectuels du mouvement que chez les militants participant à la manifestation.

 

La troisième table traitait plus spécifiquement des enjeux de la COP 21 à venir. Stefan Aykut (LISIS) et Amy Dahan (Centre Koyré, CNRS) ont remis en perspective les négociations autour de paris 2015 dans le contexte beaucoup plus générale de la gouvernance globale du climat qui implique d’autres régimes que le seul régime climatique, mais surtout des questions, notamment celle de l’énergie, sur lequel le régime climatique n’a que peu de prise. Ils ont proposé ensuite quelques pistes pour repenser un nouvel ordre de gouvernabilité base sur de nouveaux cadrages et une repolitisation du problème climatique . Bjorn Ola Linner (Linköpong University) a présenté une enquête sur le long terme, base sur des questionnaires distribuées lors des événements parallèles (side events) de différentes COP depuis celle de Bali en 2007. Cette enquête offre non seulement des conclusions intéressantes sur le rôle de ces side-events lors des COP et sur les raisons de participation à ces COP, mais également sur différentes perceptions lies au processus de négociation (mitigation, efficacité des mesures,…) en fonction des différents groups d’acteurs (ONG’s, négociateurs,..) et groups de pays . Jonhatan Kuyper a ensuite présenté une étude conjointe avec Karin Backstrand dans laquelle ils interrogent les procédures démocratiques au sein du système des Major Group Onusiens.

 

Enfin, la quatrième table avait pour objet central la couverture médiatique des COP à travers deux projets différents. Elisabeth Eide (University of Bergen) et Risto Kunelius (University of Tampere) ont présenté certains résultats issus du projet Mediaclimate, en insistant particulièrement sur l’importance des contextes nationaux dans le traitement médiatique des événements transnationaux. Hartmut Wessler (Universität Mannheim) a présenté une étude sur les interactions entre les journalistes et les ONG. Sur la base d’études quantitatives et qualitatives menées aux COP de Cancun, Doha et Varsovie. Il a proposé une typologie de différentes configurations de coproduction de l’information entre différentes formes de journalismes et différents types d’ONG. Il ressort de ce panorama une certaine proximité interprétative dans la manière de traiter la question climatique.

 

Présentations de l’atelier

* Stefan Aykut (LISIS) & Amy Dahan (Koyré / CNRS), The Iceberg, the Elephant and the Forest – taking a wider Look on Climate Governance

* Chris Roots (University of Kent) with methodological Notes by Clare Saunders, Studying COPs: conclusions and lessons from Copenhagen.

* Elisabeth Eide & Risto Kunelius, Studying transnational (media) events – Some experiences.

* Jean Foyer, Questioning ecological modernization: Crosscutting perspectives on Rio+20.

* Björn-Ola Linnér (Center for Climate Science and Policy Research and Department of Thematic Studies – Environmental Change, Linköping University), Preferences for Paris: Results from the International Negotiations Survey.

* Hartmut Wessler (University of Mannheim, Institute for Media and Communication Studies), based on research jointly conducted with Julia Lück and Antal Wozniak, Networks of coproduction.
How journalists and NGOs interact during UN climate change conferences.

 

Bibliographie indicative sur l’étude des méga-événement transnationaux :

Aykut, S.C. et Dahan, A., 2015. Gouverner le climat ? 20 ans de négociations internationales. Paris, Les Presses de SciencesPo.

Baptandier, B. et Houdart, S. (éd.) (2015) Ethnographier l’universel – Shanghai 2010 : « Better city, better life » – 376 p.

Brosius, P., Campbell, L., 2010, Collaborative event ethnography : conservation and development trade-offs at the fourth world conservation congress, Conservation and Society, vol. 8, 4, p. 245-255

Campbell, Lisa M., Catherine Corson, Noella J. Gray, Kenneth I. MacDonald, and J. Peter Brosius. 2014. Collaborative Event Ethnography of the 10th Conference of the Parties to the Convention on Biological Diversity. Global Environmental Politics 14(3): 1-20.

Foyer, J. (coord) « Regards croisés sur Rio+20 : la modernisation écologique à l’épreuve », Paris : CNRS éditions, 2015.

Little, P. E., 1995, Ritual, power and ethnography at the Rio Earth Summit, Critique of Anthropology, vol. 15 (3), p. 265-288.

Pommerolle M.E., Siméant J. (Coord.), 2008, Un autre monde à Nairobi, Le Forum Social 2007, Paris, Karthala.

Siméant, J. 2015. Guide de l’enquête globale en sciences sociales. CNRS éditions.

Siméant, J.; Sommier, I et Pommerolle, M.F. 2015 Observing protest from a place. The world social forum in Dakar, 2011. Amsterdam University Press.

Climatiser le monde, globaliser le climat